switch-girl affiche

En général je n'aime pas trop les shojo (manga pour filles) car je trouve que c'est beaucoup trop fleur bleue. De plus les héroïnes sont souvent montrées comme des cruches sans cervelle (et les héros masculins trop stéréotypés). Malgré tout il m'est parfois arrivé d'aimer en lire mais c'était surtout pour le coté absurde ou parodique des situations (ex : Lovely Complex, Hana Yori Dango ou encore My Lovely Hockey Club).

switch girl on off

Résumé (source manga news) : Nika Tamiya, lycéenne très populaire de l'établissement Shuei à Tokyo, cache un grand secret : c'est une Switch Girl ! Tel un caméléon, elle change de peau en fonction de son environnement. En mode "on", la jeune fille ressemble à toutes les adolescentes de son âge : elle est coiffée à la perfection, prend soin de porter une tenue vestimentaire à la dernière mode, se maquille sans fautes de goût. En revanche, en mode "off", Nika est très loin de l'élégance. Elle arbore un pyjama Neko très loin du glamour, ses cheveux sont attachés (car en réalité, ils la gênent) et elle met même un bandana, elle porte une culotte de relâche (c'est-à-dire large, usée, et très loin du moindre ses de l'esthétisme), ne se maquille pas, mange à n'importe quelle heure des poissons puants et passe ses nuits à jouer aux jeux vidéo. Non, il n'y a pas deux Nika, mais bien une seule, et c'est là toute la difficulté de la chose car cacher à ses camarades de classe son mode "off", lorsque l'on est la lycéenne la plus populaire de Tokyo, s'avère très compliqué…

3069096425_1_13_zZ52pEFa

Il s'agit ici d'un manga écrit par Natsumi Aida et publié aux éditions Delcourt. Le manga a connu un immense succès au Japon se voyant même adapté en drama (série japonaise souvent inspirée d'un manga). En France, Switch Girl est également extrêmement populaire et s'est achevée le 15 octobre 2014 dans notre pays d'où l'élaboration, aujourd'hui, de cette critique.

switch-girl-drama-disponible_54scd_2itvnz

Switch Girl fait partie de cette catégorie de shojo que j'affectionne particulièrement notamment parce que l'auteur casse littéralement les codes habituellement utilisés dans ce type de mangas. En effet on peut voir, à chaque scène dite "fleur bleue", un sacré renversement de situation comme par exemple une soudaine gastro ou un pet inattendu...

switchgirl pet

Ce manga est également en quelque sorte une critique de la société japonaise où la pression sociale exige d'une jeune fille qu'elle soit jolie et douce. Ainsi on peut voir notre héroïne nous montrer son mode "on" dans la vie publique tout cela suite à diverses mésaventures lorsqu'elle était petite où elle s'est rendue compte que l'apparence comptait parfois plus que la personnalité. De plus elle s'est auto-persuadée que si elle montrait aussi son coté "off"  les garçons ne la considéraient pas comme une fille. Seule sa famille et sa meilleure amie depuis l'enfance, Nino, sont au courant de ce mode "off". On peut donc facilement s'identifier à Nika car, finalement, elle est comme toutes les jeunes filles. En effet, quoique l'on dise, on n'agit pas forcément de la même façon en société et on joue un certain rôle et ça, peut importe que l'on soit une fille ou un garçon. Ici l'héroïne n'est pas montrée comme étant une cruche comme on peut le voir souvent dans les shojos classiques. Elle n'est certes pas toujours très futée mais ça n'en reste pas loin une personne débrouillarde qui fait tout pour que l'on en découvre pas son mode "off".  Cependant tout ce complique lors de l'apparition d'un camarade de classe taciturne, Arata Kamiyama, vouant une haine viscérale à toutes les femmes (liée également un traumatisme dans son enfance), et également voisin de pallier de Nika. En effet il découvre rapidement ses deux modes et accepte de garder le secret à condition qu'elle garde ses distances avec lui ce qui évidemment est un échec puisqu'ils finissent par devenir amis puis par tomber amoureux l'un de l'autre découvrant ainsi les facettes de chacun. Le manga montre alors  deux adolescents s'acceptant comme ils sont dans leur intégralité malgré quelques turbulences de temps en temps mais, au final, cela leur permet d'apprendre à mieux se connaitre, à mieux se comprendre et cela renforce leurs liens.. Leur complicité est d'ailleurs des plus authentiques. En effet on a rarement vu, dans un manga (mais également au cinéma), un si jeune couple en pyjama en train de jouer tranquillement, ensemble, à des jeux vidéos. Une intimité peu commune se crée entre les protagonistes. C'est une véritable relation entre deux jeunes gens où les faux semblants n'ont pas leur place. Switch Girl est donc également un hymne à la tolérance et à l'acceptation de soi.

switch-girl-arata_nika

Toutefois ce manga se veut surtout délirant et se moque volontiers des clichés. Cela est une pure comédie burlesque qui cherche surtout à distraire son lecteur avant toute chose. Switch Girl n'est pas un manga "prise de tête" même si cela aborde des thèmes parfois difficiles sans jamais tomber dans la caricature. Certes la romance est présente (c'est quand même normal dans un shojo) mais les intrigues ne portent pas que sur ça.  Tout est traité de manière légère et une multitudes de thèmes sont ainsi abordés comme l'acceptation de soi, les points noirs, les dangers de la drogue, les pets, la prostitution, la première fois avec quelqu'un, les poils pubiens, le harcèlement...

switch girl 1ere fois

Switch Girl se compose de personnages différents les uns des autres. Ils sont tous attachants à leur manière. Les ennemis finissent souvent par devenir amis avec l'héroïne car, selon elle, chacun à droit à une seconde chance. La réconciliation a toujours sa place dans ce manga. Le pardon libère les personnages. Il leur permet de faire disparaitre leur peur. Il est ainsi vu comme une arme puissante. C'est également une ode à l'amitié.

Switch

Quand l'auteur ne nous parle pas du couple, ses histoires sont centrées sur les personnages secondaires qui se greffent petit à petit au manga et prennent chacun de l'importance. Chaque personnage a droit à son histoire. Il est vrai que certains sont plus développés que d'autre mais l'auteur nous donne régulièrement des nouvelles des personnages notamment du couple de tordus du lycée de Shutei. Natsumi Aida part également très loin dans certains délires avec ses personnages. On peut prendre l'exemple de la fameuse scène de torture absolument délirante des voyous de Shibuya qui ont commis l'immense erreur de s'en prendre à Nika et à ses amis. Voir Nika en mode SM avec son amie Meika est un pur régal. C'est par ce genre de stratagèmes que le mangas détruits le mythe de la "jeune fille délicate" et démontre que l'on peut être aussi tordu voire plus qu'un garçon ! Finalement on est assez semblables.

switch-girl-sm

Le manga est également pourvu de plein de références à d'autres mangas, séries et films (particulièrement Dragon Ball Z dont l'auteur est fan).

On trouve également, dans chaque tome, des anecdotes de l'auteur, des conseils, des réflexions, des réponses aux courriers des lecteurs (japonais)... On se croirait presque parfois dans un magazine destiné à un public féminin !

Switch

Au niveau des points faibles de Switch Girl, on pourrait regretter un manque d'approfondissement sur certaines intrigues et le développement superficiel de quelques personnages comme celui de Karuma qui apparait souvent mais on regrette de ne pas en savoir plus sur lui au final. De plus le dénouement des intrigues est souvent beaucoup trop prévisible à mon gout. Il faut tout de même relativiser car c'est plutôt normal pour un shojo.

Pour conclure, il s'agit d'un shojo qui diffère des codes des shojos habituels. Tout est prétexte pour se moquer. Il est rafraichissant et divertissant car la lecture est un vrai bonheur, du début à la fin. C'est un manga qui donne véritablement la pêche ! L'auteur a une parfaite maitrise du rythme et on s'attache facilement à chaque personnage. Note du manga dans sa globalité : 8,5/10.

Signée FriendsWatson

Switch-Girl-Final-001-002-raw-read-online