Dragon_Ball_wallpaper

Synopsis : Son Goku est un petit garçon très fort qui possède une queue de singe et qui vit seul dans la montagne et ce depuis la mort de son grand-père. Un jour il fait la connaissance de Bulma, une jeune fille à la recherche des dragon balls. Il s'agit de boulles magiques qui permettent à celui qui possède les sept de voir son vœu le plus cher exaucé par le dragon Shenron. Goku possédant la dragon ball à quatre étoiles (dernier souvenir de son grand père) il décide d'accompagner Bulma dans son voyage afin de découvrir le monde. Au cours de leur parcours initiatique, ils font de nombreuses rencontres comme Krillin, qui deviendra son meilleur ami. Goku, qui a été entrainé aux arts martiaux par son grand père quand il était petit, est amené à suivre des apprentissages plus poussés auprès de différents maîtres comme Tortue Génial (un champion d'art martiaux aussi fort que pervers) ou Maitre Karin et à participer à de nombreux tournois d'art martiaux. Si ses ennemis sont d'abord seulement humains, il se met ensuite à affronter de nombreux ennemis de différentes variétés dont le démon Piccolo qui devient, par la suite, son allié et le père de substitution de son fils, Gohan, lorsque Goku  est confronté à son passé de Saïyen, une race d'extraterrestres guerriers. C'est alors que notre héros découvre qu'il avait été initialement envoyé sur Terre pour anéantir la race humaine. Cependant, il reste toujours le défenseur de sa planète d'adoption et se déclare être terrien malgré tout.

dragon-ball-z-04-1-g

Avant de commencer ma chronique, je tiens à préciser que Dragon Ball est mon premier anime et mon deuxième manga (après Détective Conan).

Je vais également en profiter pour mettre les choses au point : Dragon Ball n'est pas qu'un manga de combat ! En effet, il est souvent décrié comme un manga où le combat règne mais je tacherai de montrer que ce n'est pas le cas et qu'il peut s'adresser à un public divers.

Dragon Ball est né en 1984. C'est un shonen (manga destiné à un public masculin) et est l'un des mangas les plus vendus dans le monde. C’est quelques années plus tard qu’un anime homonyme est créé, suivit par un autre nommé Dragon Ball Z correspondant à la deuxième partie du manga et se déroulant cinq ans après le mariage du héros et de Chichi où l'on fait ensuite la connaissance de leur fils Son Gohan qui deviendra le "héros" de cet anime. Beaucoup de fans (moi y compris), considèrent qu’il n’existe que deux animes. Cependant, il y en a un autre : Dragon Ball GT. Dans celui-ci, seule la saga des dragons sacrés a été crée par Toriyama lui-même. Les autres sont l'œuvre seule de la Toei. Toutefois je traiterai de cet anime dans une autre chronique. Un autre anime (et manga également), Dragon Ball Super, suite directe de Dragon Ball Z fera son apparition le 5 juillet 2015 au Japon mais je ne peux pas vous le commenter dans cette chronique.

piccoloandgohanstory

Dragon Ball est l'œuvre qui a, incontestablement, propagé le manga en France en générant un lien nouveau entre bande dessinée et dessin animé.

L'auteur, Akira Toriyama, plonge ses lecteurs dans un univers étonnant peuplé par des personnages tout aussi surprenants et loufoques qu'attachants. De plus, son œuvre est ponctuée d'un humour quasi omniprésent (en partie dû à l'immense bêtise de son héro, mais pas que). L'histoire est plutôt bien ficelée et on n'assiste pas à un enchainement de scènes de combat sans aucune explication. Dragon Ball est avant tout un manga d'humour où rien n'est pris au sérieux même si avec la deuxième partie du manga (qui correspond à l'anime Dragon Ball Z), il y a un peu plus de combat. Par ailleurs, l'auteur sait parfaitement ajuster les moments sombres et dramatiques aux moments divertissants ce qui est l'une des plus grandes forces de ce manga.

Akira Toriyama a su prendre des risques en créant une histoire qui dépasse les frontières de la Terre avec des voyages jusqu'au fin fond de l'espace ou au paradis. Même si on peut lui reprocher de s'être éloigné de l'intrigue principale qui est la quête des boules de cristal, ces dernières restent tout de même un pilier de l'histoire car à chaque problème, les héros repartent à leur recherche, même si de manière plus rapide grâce à l'habitude et au radar à boules de cristal.

Dragon-Ball-Z-

Au fil de l'histoire, des personnages, plus ou moins importants, se sont greffés au duo de départ (Goku & Bulma) permettant de creuser certaines intrigues et parfois de soulager le héro dans les combats. L'un des gros risques de l'auteur a été de le tuer justement ce qui a permis de mettre en avant son fils, Gohan, et son ancien ennemi et maintenant allié, Picollo. C'est ainsi que lors de la saga Saïyen, Son Gohan, âgé de 4 ans à peine, devra protéger la terre à la place de son père. Toutefois, Goku étant très populaire auprès fans qui n'arrivaient pas à l'oublier, l'auteur (en grande partie encouragé par son éditeur) décide de le faire revenir. C’est ainsi que ce système de résurrection souvent réutilisé par la suite, est introduit. L'apport en plus dans l'histoire, ce sont les saiyens. Ces extraterrestres avec des queues de singe qui apparaissent pour détruire la Terre. C'est ainsi que l'on verra apparaitre dans l'histoire le grand rival de Goku : Végéta, personnage toujours tiraillé entre le "bien" et le "mal" mais qui deviendra progressivement "le meilleur ami" du héro. D'autres personnages arriveront par la suite comme Trunks, le fils de Végéta et Bulma, et le second fils de Goku : Son Goten. Toriyama inscrit donc la série dans une logique générationnelle. On aurait pu penser qu'il y aurait une reprise de flambeau, notamment avec Gohan qui devait être le personnage central de Dragon Ball Z, mais elle n'arrivera jamais car Goku finit toujours par ressusciter (ce qui est l'un des gros points faibles du manga avec la mort des personnages qui est censée être un évènement important mais qui ne l'est plus car ils finissent toujours par être ressuscités), mais aussi parce que ses enfants ne sont pas intéressés par la vie de guerriers.

A noter qu'au fur et à mesure qu'avance le manga, les méchants deviennent de plus en plus terribles. Mention spéciale pour le très populaire Cell, aussi bien impitoyable que charismatique, qui a réussit à faire littéralement exploser de rage Gohan qui a un immense potentiel de combat et qui éprouve le plus de difficulté à maitriser ses émotions.

dbz méchant

Akira Toriyama a finalement réussi à créer son univers propre, à y ajouter de la cohérence (les dragon balls, les planètes, la vie après la mort...) et à plonger l'ensemble dans un humour excellent et une histoire qui ne veut pas se prendre la tête.

Parlons à présent de sexisme. Pour beaucoup le manga donne une image négative de la femme mais, pour d'autres, c'est tout le contraire. Pour ma part, je me place surtout dans la deuxième catégorie même si j'estime également que Dragon Ball n’est pas dénué de sexisme : personnages féminins peu présents, machisme des personnages masculins, etc... Toutefois les femmes sont présentées avec des caractères
forts qui ne les réduisent pas au simple statut de potiches. Par exemple le premier personnage féminin, Bulma, bien que très superficielle (surtout au tout début même si elle le reste par la suite), est une inventrice de génie et possède un sacré caractère. De plus, Elle n'hésite pas à user de ses charmes pour obtenir ce qu'elle veut. Elle se calmera un peu, par la suite avec sa rencontre avec Végéta qui conduira la naissance de Trunks, mais elle conservera son mauvais caractère tout au long de l'histoire étant ainsi l'une des grandes peurs de Goku.                
Chichi, l'épouse de Goku et mère de Gohan et Goten, est certes la ménagère parfaite qui tient son logis parfaitement entretenu et qui met un point d'honneur à l'éducation de ses fils (enfin surtout à celle de Gohan) mais c'est avant tout la plus grande peur de son mari. En effet, comme Bulma, elle dispose d'un très mauvais caractère et tient souvent tête à son mari quand il veut entrainer son fils. Par ailleurs elle ne cesse d'essayer de convaincre Goku d'arrêter de se battre et de mener avec elle une vie simple et tranquille mais ce dernier n'en fait qu'à sa tête. C'est d'ailleurs un peu le symbole de la mère courage dans l'histoire. En effet avec les différentes morts de son mari, elle se retrouve sans arrêt à devoir tout gérer chez elle. Heureusement que son ainé, Gohan, est plutôt du genre mature. Ce personnage est souvent considéré de manière injuste comme un tyran. Ce n'est pas vrai. C'est juste une  femme qui tente de gérer, au mieux,  sa famille de la meilleure manière qui soit. Quoi de plus normal qu'elle préfère que son mari passe un peu de temps avec sa famille au lieu de s'entrainer sans arrêt ou qu'elle veuille le meilleur pour son fils ainé. Tout parent rêve du meilleur pour ses enfants même si avec Chichi c'est parfois un peu exagéré il faut le reconnaitre. De plus je trouve qu'il est parfaitement normal qu'elle soit contre le fait que son enfant soit envoyé au combat alors qu'il ne sait pas à priori se battre et qu'elle considère qu'il devrait être à l'école à la place.      
Le personnage de Lunch est assez particulier. En effet, elle possède une double personnalité, c'est comme ça qu'à chaque fois qu'elle éternue, elle change de personnalité ce qui entraine de nombreux gags entre elle et ses amis. Ainsi ses cheveux changent de couleurs : quand ils sont bleus, elle est adorable mais lorsqu'elle devient blonde, elle devient hyper agressive et armée jusqu'aux dents. Par la suite, le personnage s'efface et on ne sait pas ce qu'il advient d’elle.          
C-18 apparait dans la saga Cell. C'est d'abord une ennemie de Goku et de ses amis. Elle était une simple femme mais fut capturée avec son frère par le Dr Géro qui en fit des cyborgs impitoyables dont la mission était de s'en prendre à notre héro. Elle dispose avec son frère d'une énergie infinie qui lui permet de se battre sans jamais se fatiguer. Ils en prirent conscience et finirent par se rebeller contre leur créateur. Lors d'un combat, elle fut protégée par Krillin qui tomba sous son charme lorsqu'elle le remercia par un baiser sur la joue. Après le combat contre Cell, Krillin demanda à Shenron de désamorcer les bombes qui se trouvaient dans les corps de C-17 et C-18. Cette dernière ne le remercie pas mais lui dit tout de même au revoir. On ne sait pas ce qu'il se passe ensuite mais on les retrouve 7 ans plus tard mariés et avec une adorable petite fille. C-18 conserve certains traits de sa personnalité. Ainsi elle est complètement vénale et a conservé ses aptitudes en combat mais elle est beaucoup plus humaine et est très liée avec Krilin (la scène où elle tente d'aider son mari à tricher aux cartes en est un bon exemple).    
Enfin nous avons le personnage de Videl, l'épouse de Gohan. C'est d'abord la camarade de classe de ce dernier mais ils finiront par se rapprocher lorsqu'elle découvre sa véritable nature en le faisant chanter. Elle souhaite apprendre à voler et c'est Gohan qui est chargé de lui apprendre la technique sous peine qu'elle balance tout au monde entier. C’est à ce moment que Videl finit par tomber amoureuse de lui et réciproquement. Elle devient de plus en plus attachante au fil de l'histoire. C'est une adolescente complexe qui a du mal à exprimer ses sentiments mais elle est prête à (presque) tout pour obtenir ce qu'elle veut. C'est une véritable battante qui ne lâche jamais prise (son combat avec Sporovitch en est un très bon exemple), très forte au combat (l'un des humains les plus forts que Gohan ait pu voir) et également dotée d'un sacré caractère. Toutefois devant des antagonistes qui n'ont rien d'humain, elle sera bien obligée de se mettre en retrait parce qu'elle n'est pas assez puissante car elle reste une humaine avant tout. Si elle peut paraitre si énervante au début, c'est parce qu'elle se sent obligée de prouver qu'elle a sa valeur, plus qu'un homme aurait à le faire, dans un monde de combats même quand il n'y en pas besoin quitte à avoir l'air arrogante, capricieuse et peu sympathique. C'est d'ailleurs un peu le combat de toutes les femmes dans notre société. En effet, en tant que femme, il faut que nous soyons deux fois meilleures que les hommes pour avoir la moitié de ce qu'ils ont. C'est un peu ce que représente Videl même si chacun peut avoir une interprétation différente de ce personnage. Son amitié/flirt avec Gohan basé(e) sur le respect lui permet de s'ouvrir un peu plus. On découvre alors un personnage beaucoup plus attachant notamment parce que Gohan est l’une des rares personnes à la voir telle qu'elle est vraiment.

dragon-ball-z-girls-wallpaper-dragon-ball-females-32000568-900-675

Dragon Ball est une sorte de manga de science fiction. En effet, les villes sont dotées d'une architecture plutôt futuriste (bâtiments aériens sphérique). De plus l'auteur nous montre une technologie très développée comme les voitures volantes, les robots, avions et divers véhicules empruntés à l'univers de la science-fiction. Par ailleurs, le concept des capsules est intéressant. Elles permettent de miniaturiser les objets de la vie quotidienne ce qui permet, par exemple, de déplacer sa maison ou d'emporter des objets incommodants avec nous.

Il est important également de souligner qu'il est normal qu'au bout de 42 tomes il soit difficile d’éviter la redondance.

En conclusion, Dragon Ball est incontestablement le manga culte de ces trente dernières années. Il a su évoluer, nous séduire et nous faire éprouver une multitude d'émotions. C'est un véritable régal à lire et à voir en anime (malgré quelques longueurs parfois au niveau des combats).

Note du manga : 7,5/10.

dbz-family-dragon-ball-z-29949642-720-480

Signée FriendsWatson